Le sapin de Noël, dans le couloir

Maman n’avait rien dit, évidemment, pour « ne pas m’inquiéter et gâcher la fête ».
C’est vrai, à quoi bon ?
Papa est à nouveau à l’hôpital, depuis hier soir, jour de réveillon de l’An.

Amaigri, affaibli, il était tombé en syncope. Encore.
Et moi, j’aimais pas ça. Pas du tout.

Son ventre gonflé, ses pieds dont on ne voit plus les chevilles et la peau tendue à éclater, je connais.
J’ai déjà vu.
C’est comme ça que son père est parti.

Mais bon,quand je suis arrivée au 2e étage de l’hôpital, y’avait un sapin de Noël dans le couloir…

beau-sapin-fier-sapin-noel_201035

Et je me suis rappelée le récent fou-rire avec N., dans un autre hôpital, pour une autre longue maladie.
Un fou-rire bête et méchant mais salvateur, de ceux qu’on ne peut avoir qu’entre amis proches, ceux « avec qui l’on peut rire de tout ». Là-bas, y’avait pas de sapin de Noël dans le couloir. Il était à l’intérieur de l’aquarium, le local des infirmières. « Ben oui ça sert à rien : la plupart des malades ici ne savent plus bouger de leur lit, et ne verront quand même jamais plus le couloir… » C’est qu’elle était allée voir ailleurs, N., aux autres étages : et, partout, il y avait un sapin de Noël dans le couloir. Mais pas en oncologie…

Tous les espoirs étaient permis, donc.

C’est fou ce qu’on peut se raccrocher à n’importe quoi, quand on a peur.
Ce jour-là, moi, j’étais suspendue à une branche de sapin, les jambes dans le vide…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s