Les genoux

Perdue.

Je suis perdue.

Je erre en me demandant qui m’assène des coup sur la tête, des coups à répétition, comme ces toons poursuivis par un marteau géant…

Je me sens toute petite, redevenue enfant. Et orpheline.

J’ai 4 ans, à nouveau. Je suis dans le rayon BD du supermarché, on m’a laissée là, dans mon univers, le temps des courses. Sauf que personne ne vient me chercher.

Puisque Papa va mourir.

Il ne viendra plus.

Je referme ma BD et avance dans les rayons, je ne le vois pas, ni lui ni Maman. Je ne vois que des genoux, en jeans, en jupe, en short. Des genoux, à auteur de mes yeux d’enfant. Ils m’évitent, me frôlent, me heurtent. Armée de genoux hostiles. Je ne reconnais pas la paire familière derrière laquelle je peux m’abriter de toutes les autres.

Que vais-je faire sans Papa ?

C’est juste… juste pas possible…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s