Théâtralisée

L’atelier théâtre, c’est un peu comme la piscine.

C’est (souvent) le soir qu’on y va, après le boulot.

on n’a jamais vraiment envie d’y aller. On est fatigué.

On se dit juste que c’est bon pour nous, donc qu’il faut se forcer un peu. Genre pour sortir du métro-boulot-dodo, faire un truc chouette, avoir une vraie vie avec des vrais morceaux de sensations dedans.

C’est froid, faut le temps de s’échauffer.

Et une fois qu’on en sort, on est super content.

Puis on bouffe une crasse hyper calorique pcq on a la flemme de faire encore quelque effort que ce soit qui sorte de ce contexte particulier.

Ce soir, l’atelier théâtre, il était comme ça.

On n’était pas nombreux à se retrouver sur le bord du projet.

On avait tous une journée de boulot dans les lattes. On était fatigué.

Et partir de rien, ou presque, pour construire quelque chose de cohérent, quand on est fatigué, c’est pas gagné!

Mais c’est aussi la porte ouverte à toutes les fenêtres… du cerveau.

Alors, on est parti en vrille.

MAIS une vrille nourrie de films et reportages qu’on avait vus, de trucs qu’on avait lus, d’histoires qu’on avait vécues…

On est ressorti avec un élément déclencheur de base, un contexte, 5 personnages construits et un fil conducteur. Puis une putain d’énergie pour écrire les pans de la pièce.

Un truc de fous !

Peut-être qu’on est fous…

J’aime j’aime j’aime !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s