Les petits matins

Ils sont comme ça, ici, les petits matins.
Solitaires.
Avant le petit déj’, personne ne monte sur le pont. Ça dort ferme.
Pourtant, c’est le meilleur moment, le lever du soleil. Il pare les berges d’une douce lueur voilée.
C’est beau.image

Au loin, des bateaux de pêche glissent déjà le long du fleuve. Travailler, vite, vite, avant que la chaleur ne plombe les épaules et ne fasse redescendre les poissons tout au fond.

Ils sont comme ça, ici, les petits matins.
Studieux.
L’on en profite pour lire, tout ce qu’on a thésaurisé toute l’année durant.
L’on en profite pour écrire. Ses impressions tant qu’elles sont fraîches, les couleurs, les odeurs, les goûts, les visages. Et quelques vieilles histoires que l’on a commencées et jamais finies.

Ils sont comme ça, ici, les petits matins.
Sensuels.
On laisse le vent, frais encore, nous emmêler les cheveux. Le soleil, doux encore, nous caresser la peau. L’on se rappelle qu’on a un corps. Cette chose qui nous porte d’un bout à l’autre de l’année, vers les vacances suivantes, et que l’on malmène à force de le solliciter sans prendre le temps de le remercier.

image

Ils sont comme ça, ici, les petits matins.
Calmes.
Faits de ces plaisirs simples sur lesquels, enfin, on a le loisir de s’attarder.
J’aime ces petits matins sur le Mékong…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s