Un voile noir

De syncopes en chutes, à la maison, il faut s’organiser.

Les choses du quotidien deviennent de plus en plus difficile.

L’escalier, tant de fois monté et descendu tranquillement, en courant ou avec moi enfant dans les bras, devient une montagne infranchissable dans un sens et un gouffre sans fond dans l’autre.

On parle d’installer un lit médicalisé en bas.

Mais Papa ne voit pas ça d’un bon œil. Il ne veut pas se renfermer, ne plus entendre de rires, ne plus refaire le monde dans le salon, parce que plus personne, selon lui, ne viendrait, dans « une maison de vieux où il y a un lit en bas ».

Pour un peu, on voit déjà la pénombre permanente de volets qu’on n’ouvre plus, on sent déjà la poussière et le rance. Vrai que ça ne donne pas envie.

Du coup, même si le styliste, c’est lui, je me lance dans la décoration d’intérieur. Une virée chez les Suédois devrait contribuer à transformer, de jour, le lit médicalisé en un chouette sofa supplémentaire.

De jolis plaids tissés et de grands coussins colorés pour habiller l’assise, quelques voiles pour dissimuler les montants métalliques, hop hop hop, j’embarque de quoi « tuner » le lit paternel aussi sûrement que Marraine la Fée a transformé la citrouille de Cendrillon en carrosse.

J’apporte fièrement mes trouvailles dans la pièce où trône déjà le nouveau lit. Je déballe les plaids, les dispose savamment de manière à faire disparaître jusqu’au plus petit coin de drap. Puis je jette les coussins à la volée, dans un style « négligé calculé ». Enfin, je sors les voiles et…

Non. C’est pas vrai. J’ai pas fait ça…

J’ai pris trois paquets à la suite dans le grand bac des voiles orangés. Mais en fait, seul le premier était bien à sa place. Les deux autres avaient migré d’un bac voisin : ils sont noirs… Noirs ! Une fois fixés, il ne manquerait plus que deux grands candélabres sur pied et un peu d’encens…

Je regarde mes parents. Ils discutent des coussins et semblent n’avoir rien vu. Je fais disparaître les voiles de mort dans le sac de courses, genre mine de rien.

Finalement, ils sont très bien comme ça, à nu, les montants du lit…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s