L’alcool’hic

Il avait sa tête des mauvais jours. J’ai tout de suite compris que quelque chose n’allait pas.

Oui. Parce que dans la famille, on n’a pas de « poker face ». Quand ça ne va pas, c’est écrit sur notre figure. Papa ne coupe pas à cette règle.

Et là, manifestement, vu son air renfrogné, ça n’allait pas.

Je l’ai vu tout de suite en entrant dans la chambre. Il attendait la première visite pour vider son sac. Il avait l’histoire au bord des lèvres.

De fait, il entame : « J’en ai marre, des infirmières, ici ».

Ca promet.

Et de m’expliquer.

Ce matin, il était assis au bord du lit, dos à la porte. Pour se rafraîchir, comme tous les matins depuis son arrivée, il se frictionnait à l’eau de Cologne. Le torse d’abord, puis le cou, la tête.

« Quand l’infirmière est arrivée, elle a hurlé ! Elle a bondi sur moi, m’a arraché la bouteille des mains et m’a engueulé ! »

Elle a cru qu’il s’abreuvait de l’eau alcoolisée…

« Tu te rends compte ??? Boire du parfum ! Elle est folle !! »

Il est outré.

Je reste interdite.

J’essaie de l’apaiser. Puis on parle. On discute de l’incroyable pour nous, qui semble pourtant être le quotidien du personnel soignant…

Car enfin, si l’infirmière a réagi de la sorte, c’est qu’il a dû déjà se présenter des gens pour entamer les réserves d’eau de toilette et, qui sait, d’alcool à désinfecter… Si d’aucuns ont des problèmes au foie, c’est souvent lié à une surconsommation d’alcool, à une alcoolodépendance qui ne disparaît pas comme par enchantement à l’entrée à l’hôpital… Et il est à charge du personnel de veiller à empêcher au maximum les débordements.

Le hic, c’est vrai, c’est que tout qui développe une pathologie hépatique n’est pas forcément un alcoolique notoire. Et, certes, le personnel soignant doit rester circonspect quand à sa façon d’appréhender les situations. Mais face à l’urgence, à une situation déjà vécue et/ou à une configuration représentant un risque majeur pour le patient, il faut pouvoir lui laisser le droit à l’erreur.

Puis les infirmiers sont aussi des gens, avec une vie, des souvenirs, des blessures, et qui sait, un oncle alcoolique, un ami qui s’est tué à petit feu par excès de boisson, une soeur accidentée de la route pour avoir conduit en état d’ébriété…

Si Papa acquiesce, l’épisode lui reste quand même sur l’estomac.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s