Maud in the sky with diamonds

Pour m’éviter le plus possible la souffrance, j’ai droit à une pompe à morphine.

Le principe est simple : l’engin est programmé en fonction de paramètres tels que ma taille, mon poids, mon âge… et libère sur demande une certaine quantité d’anti-douleur. Si j’ai atteint la dose maximale, la pompe refuse de fonctionner. Quand mon organisme est censé avoir assimilé la dose précédente, la machine libère à nouveau du produit.

J’ai compris, ça.

J’appuie tout le temps.

Dans un souci de prévention. Inutile d’attendre d’avoir mal, n’est-ce pas ?

Et, donc, j’ai passé trois jours meeeeeeeeeeeeeerveilleux. Wizzzzzzz.

Zéro tracas, zéro mal là. Même le point de suture qui avait sauté, je l’ai vu, pas senti.

Du bonheur à l’état pur.

Si j’osais… je vais demander si je ne peux pas la reprendre à la maison.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s